Je suis mon corps

Postures, Respiration, Yoga



Se reconnecter à soi-même

Aujourd’hui, l’un des horizons du yoga est de proposer à celui qui le pratique de retrouver un équilibre, une harmonie avec lui-même et avec le monde, bref, de « se reconnecter à  soi-même » pour reprendre une expression à la mode.

Si on a besoin de se reconnecter, c’est donc que l’on est déconnecté, si l’on doit retrouver un équilibre, c’est donc que nous sommes un peu tous déséquilibrés. De quoi au juste le yoga entreprend-il de nous libérer en nous proposant de reprendre conscience de nous-mêmes ? Peut-être justement d’une certaine inconscience de nous-mêmes.

La respiration et l’assise

Le yoga n’est pas de la psychanalyse, il ne s’agit pas de partir à la conquête de notre inconscient psychique, de ses désirs inavoués, de ses complexes formés dans l’enfance. Pour mieux comprendre, peut-être faut-il partir de la pratique elle-même. Il existe différents styles de yoga, mais toutes les pratiques partagent un souci de la maîtrise de la respiration et une recherche de l’aisance du corps.

Respiration et assise, ce sont de bons indices, car la plupart du temps nous respirons sans nous en rendre compte. La respiration rythme notre vie, mais la plupart du temps sans notre consentement et pour le corps, c’est un peu pareil, c’est une sorte d’horizon perdu.

Au départ, quand nous étions bébé et enfant notre corps ne s’était pas encore raidi sous l’effet de postures apprises et normées, mais nous avons oublié l’aisance de notre corps, comme nous oublions que nous respirons, et au fond cela indique que nous avons tout simplement oublié notre corps.

Je suis mon corps

Attention, on n’oublie pas le corps car là, au contraire, le corps se rappelle à nous toute la journée, quand on est fatigué, quand on est malade, déformé, jugé, moqué, ou au contraire quand notre corps est admiré et désiré. Non, en fait, on a oublié que ce corps est le nôtre et comme le fait remarquer le philosophe, Merleau-Ponty, nous avons oublié que ce corps, qui est le nôtre, c’est nous de façon première, Merleau-Ponty dit ‘primordiale’. 

Si avant même d’être un ‘je pense’, un ‘je me souviens’, un ‘j‘imagine’, un ‘je désire’, un ‘j’agis’, je suis mon corps, ce corps, qui m’attache au monde et aux autres, et donc, si le yoga peut nous reconnecter à nous-mêmes, c’est peut-être parce qu’il se propose de nous faire redécouvrir ce corps que nous sommes et sa vie propre, qui est aussi la nôtre.

Une vie réconciliée

C’est vrai qu’il y a une tendance à fonctionnaliser le corps  et de faire de la personnalité juste une question de caractère. Il y a aussi les progrès de la médecine et de la science qui transforment notre corps  en un ensemble de fonctions et de réactions physico-chimiques toujours plus complexes.

L’horizon du yoga, c’est celui d’une autre vie, d’une vie réconciliée et non pas seulement celle d’une performance comme le sport ou la gymnastique, et au fond c’est peut-être ça, la clef de son succès aujourd’hui. C’est une sagesse qui est accessible à nous humains, parce que c’est une sagesse qui n’oublie pas le corps que nous sommes.

Le corps est l’espace de notre vie, c’est là que l’on expérimente, que l’on vit, c’est bien à travers nos ressentis, nos sensations que l’on va pourvoir orienter nos actions et notre attitude. La pratique posturale est le premier pas sur la voie du yoga.

Réflexion philosophique sur le yoga @Thibaud de Saint-Maurice

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :